Mon compte
se connecter
Je m'inscris :
Se connecter :
se connecter Mot de passe perdu?

Veuillez entrer votre email.

Partager sur :

Je fais un don

Comité contre l'Esclavage Moderne

Créé en 1994 pour lutter contre toutes les formes d'esclavage et de servitude, le Comité Contre l’Esclavage Moderne s'est rapidement spécialisé dans la prise en charge des personnes, victimes de Traite des êtres humains à des fins d'exploitation par le travail, en particulier domestique.

L'association prend également en charge des personnes dont les conditions d'exploitation dans les secteurs du bâtiment, de la restauration, d'ateliers d'artisanat, d'exploitations agricoles… s'apparentent aux conditions d'asservissement observées dans le travail domestique.

 

Le public visé est composé à 75 % de femmes, la plupart entre 18 et 40 ans, peu ou non scolarisées. Chaque année, une centaine de personnes sont prises en charge, la durée moyenne d'accompagnement au Comité étant de 5 à 6 années.

 

L’accompagnement juridique et socio-éducatif des victimes d’esclavage domestique a une portée nationale. L’action est conduite par 5 salariés et un large réseau de plus de 50 bénévoles dont une trentaine d'avocats s'impliquent au quotidien aux côtés du CCEM.

 

Sur le plan juridique, la victime est assistée tout au long de la procédure (police, gendarmerie, juge d’instruction, procès pénal ou civil, prud’hommes, CEDH). Un avocat travaille sur chaque dossier en étroite collaboration avec le service juridique et la victime.

 

Sur le plan administratif, le CCEM effectue l'ensemble des démarches en vue de régulariser administrativement la personne lorsque celle-ci est de nationalité étrangère et qu'elle est restée en situation administrative irrégulière durant sa période d'exploitation.

 

Sur le plan socio-éducatif, la mise en place de l’accueil des nouvelles personnes est effectuée en toute priorité, soit au sein de l’appartement d’urgence du CCEM soit dans toute autre structure adéquate. Le CCEM remet à chaque personne une indemnité forfaitaire hebdomadaire d’aide individuelle et un titre de transport mensuel.

 

Le CCEM propose, dès le début, une prise en charge individualisée avec un suivi médical, une analyse du niveau éducatif et professionnel. Après avoir stabilisé la personne sur le plan financier, de l'hébergement et de la santé, il devient alors possible de réfléchir avec elle à l'élaboration d'un projet d'insertion.

 

Sur le plan psychologique, le CCEM travaille en collaboration avec une psychologue clinicienne qui intervient bénévolement auprès des personnes prises en charge. Ponctuellement, elle peut effectuer des entretiens avec celles qui souhaitent se préparer à une audition, une confrontation ou un procès.

 

La prise en charge globale est innovante dans son principe puisqu’elle prend immédiatement en compte, au sein d’une même structure, toute la dimension des besoins de la victime.

 

Le plaidoyer constitue le second volet de l'activité du CCEM dans la mesure où son expertise en matière d'esclavage domestique lui permet d’être un interlocuteur des pouvoirs publics et des députés et sénateurs ou de participer à des groupes de travail tant en France qu'à l'étranger en tant qu'acteur associatif. Le CCEM est régulièrement interrogé par les médias.

 

Le CCEM effectue des sessions de sensibilisation auprès du grand public en intervenant dans le cadre de festivals, de débats, dans les collèges, lycées et en accueillant également des étudiants de toutes filières à son siège social. Il intervient sur des formations d'identification des victimes de traite à des fins d'exploitation économique aux professionnels dont la structure peut accueillir occasionnellement ou non des victimes (juristes, travailleurs sociaux, acteurs associatifs, avocats, magistrats, police, gendarmerie...).

 

Comité contre l'Esclavage Moderne 107 Av Parmentier, 75011, Paris http://www.esclavagemoderne.org/1_accueil.htm 0144528890